plume-ga1df1fc81_1920

Et si notre corps et notre esprit parlaient la même langue… ?

Lorsque nous sommes confrontés à des événements de vie trop difficiles, trop violents, inconcevables pour nous, il arrive que notre esprit se dissocie de notre corps, de manière inconsciente, bien souvent pour une question de survie.

Après avoir vécu cette agression et ma grossesse extra-utérine, j’en parlais comme si je discutais de la pluie et du beau temps, comme s’il s’agissait d’un sujet de conversation lambda alors que tout mon être en était profondément touché, bouleversé.

Lors des sessions avec mes clients, je leur demande de se connecter à la problématique ou à l’événement pour lequel ils me consultent. Je les invite ensuite à se connecter à leurs sensations physiques. Souvent, ils me répondent qu’ils ne ressentent rien, alors que leur corps exprime tout le contraire.

Pas toujours facile de mettre des mots sur les maux, n’est-ce pas… ?

La psychologie énergétique est une véritable porte d’entrée vers ce lien corps-esprit. En alliant la parole aux différents outils qu’elle propose, tels que le Remap, l’EFT ou encore le SEB, il devient possible de lire à travers les messages délivrés par le corps. Petit à petit, l’on décortique le nœud du problème à la source et l’on s’ouvre au fait que la réalité n’est peut-être pas celle dans laquelle nos parts traumatisées sont restées.

Les blocages peuvent alors s’ouvrir, et nous parvenons à accueillir ces parts de nous-mêmes qui ont été meurtries, abîmées, celles que nous n’avons pas pu accueillir comme il l’aurait fallu, parce que nous n’en étions tout simplement pas capables à ce moment-là.

Le corps et l’esprit se réconcilient et nous retrouvons notre énergie, notre congruence.

Bien sûr, nous ne sommes ni bouddha ni boudhette (enfin, si vous l’êtes, et que vous lisez ces lignes, faites-moi signe !) et nous ne parviendrons sans doute jamais à un alignement total. Mais est-ce bien nécessaire ? N’est-ce pas dans l’imperfection justement que nous découvrons de jolies failles, qui rendent cette imperfection… parfaite ?

Néanmoins… Nous libérer petit à petit de nos souffrances intérieures et inconscientes nous ouvre à une réalité plus sereine, nous aide à développer une relation aux autres plus saine et authentique, nous amène à davantage nous exprimer en adéquation avec notre corps.

Et ça, ça fait du bien.

Nous restons trop souvent coincés dans un uniforme rigide, sans avoir conscience qu’il nous est possible de l’enlever, pour enfin (re)devenir pleinement soi et occuper cette place qui est la nôtre.

Et si notre attitude avec l’autre était liée à nos blessures ? Et si nos réactions (inconscientes !) de fuite, d’agressivité, de déni pouvaient être apaisées ? Pourrions-nous prendre de la hauteur pour nous libérer de toutes ces émotions ?

Remettons notre corps en mouvement, laissons-le s’exprimer ! Il a tant de choses à dire…

Bien sûr, cela demande de s’investir dans un travail thérapeutique, mais ne méritons-nous pas ce joli cadeau ?